Environnement et Tourisme Vert en Côte d'Ivoire

Le Sud Forestier 

Les quartiers Sud d'Abidjan comprennent les communes de

  • Treichville (palais des sports, palais de la culture, port, gare ferroviaire),
  • Marcory (usine Nescafé, brasserie Solibra, stade Champroux, centres commerciaux, quartier résidentiel, centre artisanal CAVA, échangeur du pont HKB (3eme pont) vers Cocody et Bingerville),
  • Koumassi
  • Port-Bouët. Sur le territoire de cette dernière se trouve l’aéroport, la zone industrielle de Vridi (raffinerie de Pétrole, nombreuses usines), et de nombreuses plages (où se manifeste régulièrement l’érosion marine).

Les quartiers Nord comprennent des communes populaires telles qu’Adjamé et Abobo (la commune la plus peuplée de Côte d’Ivoire), Attécoubé (où se trouve l'ancien siège de l’Onuci) et Yopougon (la commune la plus étendue de Côte d’Ivoire, rendue célèbre par sa fameuse rue Princesse). Dans toutes ces communes existent des quartiers ou sous-quartiers dont la plupart sont des anciens villages et ont conservé la chefferie traditionnelle. Un 4eme pont sur la lagune est en construction entre Attécoubé et Yopougon. Le district d’Abidjan s’étend désormais sur une vaste surface et inclut, à côté de ces communes véritablement citadines, voire bourgeoises, comme Cocody (ambassades, télévision nationale (RTI), résidences du président et de nombreux ministres, Hôtel Ivoire…), des localités à l’aspect beaucoup plus rural, voire bucolique comme Songon à l’Ouest, Anyama au Nord et Bingerville à l’Est (jardin botanique, orphelinat), hélas rattrapés par une urbanisation galopante et désordonnée.

Au nord d’Abidjan se trouve la forêt du Banco, protégée en tant que parc national. De nombreuses espèces végétales y ont été décrites pour la première fois.

Les bords de lagune Ebrié, s’ils sont par endroits extrêmement pollués (baie de Cocody, Anoumabo (Marcory), etc.) recèlent des abords agréables, par exemple à Yopougon (Azito, Beago), et quelques îles encore préservées (île Boulay). La lagune est également une voie de communication puisqu’elle porte un service de transport public abidjanais (Batobus) et privé (STL), qui permet parfois de gagner du temps par rapport aux transports routiers et constitue une voie continue depuis Grand Bassam à l’Est jusque Dabou et Jacqueville et bien au-delà l’Ouest.

Depuis plusieurs années, le projet pharaonique d'aménagement de la baie de Cocody vise à transforrmer  ce cloaque peu appértissant en zone touristique de luxe avec marina, résidences de luxe, palaces et espaces verts en continuité avec la forêt du Banco, complétée par un 5eme pont entrre le quartier du Plateau, qui se veut à l'image de Manhattan ou du quartier parisien de la Défense, et le quartier "chic" de Cocody.

Signalons qu'Abidjan est le siège d'embouteillages  chroniques, et que les nombreux aménagements destinés à fluidifier le trafic (larges voies avec terre-pein central, échangeurs, bretelles, rond-points, ponts, etc.) ne font souvent que déplacer les problèmes, voire les aggraver du fait de l'indiscipline des conducteurs, notament de poids lourds et de transports en commun privés (taxis communaux "wôrô wôrô" et minicars "gbakas").  De ce fait, la circulation est assez dangereuse et demande beaucoup d'attention, y compris quand on est un simple piéton.

Même en pleine nuit, la mosquée libanaise de Marcory est un repère qui se voit de loin.
Les blanchisseurs (fanicos) qui lavent le linge au Banco offrent un spectacle  pittoresque et inhabituel.