Environnement et Tourisme Vert en Côte d'Ivoire

Le Sud Forestier 

Située sur la rive droite du fleuve du même nom, à 75 km de Fresco et de San Pedro et 299 km à l'ouest d'Abidjan, Sassandra (déformation du portugais Sao Andrea) a été l’un des points d’entrée de la colonisation. Historiquement premier port de Côte d’Ivoire (délocalisé à San Pedro depuis la fin des années 1960), la ville, marquée par le fleuve et un relief vigoureux conserve (hélas à l’état de ruines ou de bâtiments très délabrés), de nombreux vestiges d’architecture coloniale. Parmi ceux-ci, citons la maison du Gouverneur sise sur une pointe de terre qui s’avance dans l’embouchure du fleuve Sassandra et, face au centre-ville, le dernier wharf d’Afrique de l’Ouest encore debout.

Sassandra est la Préfecture de la région du Gboklê (ancien nom de Sassandra). Malgré un potentiel touristique considérable, elle vivote d'une pêche intensive marquée par les saisons et du fumage massif du poisson, et d'activités agricoles. On peut en voir l'une des causes dans l'état de la route, sujet à d'importantes variations. En effet, si elle était praticable en 2014, elle est encore actuellement (fin 2017) extrêmement dégradée. Il faut compter 7 heures de route pour rallier Abidjan et 3-4 heures pour parcourir Sassandra-San Pedro. A tel point que les transports routiers entre San Pedro et Abidjan font désormais le détour par l'intérieur du Pays (Soubré, Gagnoa, Divo, Tiassalé, Sikensi, Dabou... ) et évitent les régions de Sassandra, Fresco et Grand Lahou.

AAEN-CI est partenaire des Journées Mondiales du Tourisme (JMT2017) organisées par la Direction Départementale du Tourisme de Sassandra (29 et 30 septembre 2017)
Vue générale du centre de la ville
Vue de la ville. Au premier plan, le marché et l'amorce du wharf, coupé en deux depuis plusieurs années.
Avec un peu de chance et beaucoup de calme et de patience, on pourra apercevoir et peut-être même approcher les gentils primates qui peuplent les surplombs autour des grands hôtels de la ville.
Vue de l'embouchure de fleuve Sassandra. On notera la maison du Gouverneur sur le promontoire qui s'avance dans le fleuve.
Vue générale de la ville avec le fleuve Sassandra à l'arrière-plan
Le wharf de Sassandra est le dernier encore sur pieds en Afrique de l'Ouest
MANGER, BOIRE ET DORMIR A SASSANDRA
Maquis Le Palmier 
Sur la plage, entre route et bord de mer, au niveau de la stèle commémoratrice du naufrage du SS Duma.  
Maquis et rendez-vous incontournable du « tout-Sassandra ». On y boit et on y mange les pieds dans le sable sous les cocotiers tout en observant les allées et venues des pirogues depuis la passe à l’embouchure du fleuve à l’est jusqu’à l’extrémité de la falaise à l’ouest, en passant par les abords du wharf. On l’aura compris, l’endroit est parfaitement situé. 
Malheureusement, le Palmier est souvent le siège de manifestations festives durant lesquelles l’ambiance est polluée par une sonorisation trop bruyante, et le service laisse parfois à désirer. Mais la nourriture est bonne et saine (ce n’est pas le cas de tous les établissements en ville, dont les congélateurs sont défectueux !), il est toutefois recommandé de ne pas être trop pressé

Ci_dessus, la spectaculaire "salle" de restaurant du Pollet, très aérée, avec son toit de chaume.

Ci-contre, vue générale prise au niveau du marché de la ville. On mesure à quel point la situation de l'hôtel Le Pollet est privilégiée !
Hôtel Le Pollet 
Parfaitement situé à flanc de falaise, au sein d’un jardin bien entretenu, l’Hôtel Le Pollet (du nom d’un quartier de Rouen dont le propriétaire est originaire), domine la ville et offre un panorama remarquable. Le vaste bâtiment en béton est ceinturé de galeries agréables où on peut profiter de cette vue, surtout dans les étages. C’est notre point de chute privilégié à Sassandra. Il y a des chambres (sur la façade avec le panorama et sur l’arrière, avec parfois la visite des singes qui peuplent la falaise), et plusieurs suites. L’hôtel est bien équipé, avec une réserve d’eau sur le toit (eau courante garantie) et un groupe électrogène.  
L’hôtel dispose d’un restaurant/bar, le Phare Ouest, avec un magnifique abri circulaire à la charpente spectaculaire et un toit de chaume conique. La cuisine est très professionnelle, un peu chère mais garantie absolument saine, ce qui a son importance ici. 

un des bungalows de l'hôtel La Terrasse
Vue de la "salle" de restaurant de l'hôtel La Terrasse
Hôtel La Terrasse 
Mieux situé encore que Le Pollet (plus haut sur la falaise, avec une position plus dominante), la Terrasse est indiscutablement le plus bel hôtel de Sassandra, avec ses bungalows et bâtiments de style traditionnel, ses terrasses, son appatam au toit de chaume conique et son jardin en pente, en continuité avec la végétation sauvage de la falaise. Les singes y viennent régulièrement et facilement, et peuvent être approchés et photographiés sans peine moyennant quelques friandises.  
La Terrasse appartient à un Allemand qui n’est pratiquement jamais présent sur place. De ce fait, l’hôtel, qui est perpétuellement en travaux, n’est pas vraiment opérationnel.